L’écoféminisme et le zéro déchet

par Amandine Gournay

Vendredi 30 octobre - 13h00

Disponible ici

Gratuit

Description

Les femmes déterminent en grande partie les décisions de consommation des ménages et les tendances de consommation. Cette conférence aborde la relation étroite qu’il existe entre féminisme et écologie et pourquoi certaines questions sont fondamentales pour inscrire le zéro déchet dans une logique d’émancipation et non pas d’oppression. En effet, les façons dont on s’attaque aux changements climatiques (décisions politiques, collectives ou individuelles avec l’exemple du zéro déchet) doivent intégrer une dimension de genre pour être efficaces, durables et pour éviter de creuser le fossé des inégalités. Vu son caractère chronophage, le zéro déchet pourrait représenter une charge mentale supplémentaire et reléguer les femmes actives dans la transition écologique à la sphère domestique.

À propos de la conférencière

Amandine Gournay est diplômée de la maîtrise en gestion de l’environnement et politique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Elle a publié son essai intitulé Écoféminisme et voix autochtones : perspectives dans un contexte d’adaptation aux changements climatiques, à travers lequel elle souhaitait :

  • Démontrer les apports potentiels de l’écoféminisme dans un contexte d’adaptation aux changements climatiques;
  • Analyser le rôle des femmes dans la recherche de solutions à la crise climatique;
  • Démontrer et explorer le lien existant entre le genre et le climat en portant une attention particulière au contexte autochtone canadien;
  • Présenter des exemples concrets de mouvements de contestation initiés par des femmes vis-à-vis d’enjeux environnementaux.